Epargne

Quelle solution d’épargne choisir pour ses enfants ?

Vous souhaitez commencer à constituer une épargne pour votre enfant ? Vous avez alors de nombreuses options ! En effet, de nombreuses banques vous proposent des solutions adaptées aux besoins de votre enfant. Vous aurez ainsi le choix entre les livrets réglementés, le livret épargne enfant, les investissements en actions, etc. Vous avez du mal à y voir clair ? Rassurez-vous, nous faisons le point sur toutes les opportunités qui se présentent à vous en passant en revue toutes les possibilités que vous avez pour mettre de l’argent de côté pour votre enfant.f

Le plus classique : le livret A

livret épargne enfant

Lorsque vous réfléchissez à constituer une épargne pour un enfant, le livret A reste le compte épargne qui vient immédiatement à l’esprit ! En effet, ce livret est clairement l’un des plus populaires en France, et il n’existe aucune limite concernant l’âge du détenteur de ce livret. Il est donc tout à fait possible de faire ouvrir un livret A pour un enfant, dès sa naissance. L’ouverture et la clôture d’un livret A sont très simples.

Comme pour tous les livrets ouverts pour des enfants, ce sont les responsables de l’enfant qui devront signer l’ouverture du compte.

L’avantage du livret A ? Dès ses 16 ans, l’enfant pourra obtenir une carte de retrait et pourra ainsi commencer à apprendre à gérer son propre argent. De plus, l’argent reste totalement disponible sur ce livret. En effet un livret A vous permet de déposer et de retirer les sommes que vous souhaitez, dès que vous le souhaitez. La seule limite est que le plafond de ce compte est fixé à 22 950 euros. La cerise sur le gâteau, c’est que ce placement est totalement défiscalisé !

L’inconvénient du livret A ? Il est peu rémunérateur. En effet, sa rémunération est aujourd’hui fixée à 0,50 %, ce qui est une rémunération très basse.

Ici, toutes les banques offrent ce livret aux mêmes conditions : le plafond, le taux de rémunération ainsi que les conditions d’attribution sont fixées par l’Etat, et ne diffèrent donc pas d’une banque à l’autre.

En bref : En bref :
Le livret A est un placement extrêmement simple, tout à fait sûr, et très flexible. C’est le choix fait par la plupart des parents. En revanche, la rémunération du livret A est assez peu intéressante.

Le Livret Jeune

Le livret jeune est un livret plus adapté pour un enfant. Il s’agit, tout comme le livret A, d’un livret réglementé par l’Etat. Pour pouvoir en bénéficier, l’enfant doit :

  • résider habituellement en France
  • ne pas avoir d’autre livret jeune
  • avoir entre 12 et 25 ans.

Ici, le plafond est bien plus modeste : vous ne pouvez y placer que 1 600 euros. En revanche, la rémunération est bien plus intéressante : les banques sont libres de choisir le taux qu’elles souhaitent, mais, ce taux ne peut être inférieur à 0,75 %.

L’autre intérêt de ce placement est que, tout comme le livret A, le livret jeune n’est pas soumis à l’impôt. Pour réaliser le meilleur placement possible, il faut donc comparer les taux proposés par les différentes banques : voici un petit récapitulatif :

Banques traditionnelles :

  • Société Générale : 1 %
  • Banque Postale : 1 %
  • Caisse d’Épargne : entre 1 et 2 % en fonction de la caisse régionale
  • BNP-Paribas : 1,25 %
  • HSBC : 2 %

Si de nombreuses banques traditionnelles proposent l’ouverture d’un livret jeune, seules deux banques en ligne proposent de souscrire à ce type de compte épargne, il s’agit de la banque Hello Bank, et de Monabanq :

  • Hello Bank : 1,25 %
  • Monabanq : 1,50 %

Comme vous pouvez le constater, la rémunération prévue par le livret jeune est donc bien plus intéressante que celle du livret A. Le seul bémol, c’est qu’il faudra attendre que votre enfant ait 12 ans avant de pouvoir souscrire à ce type de livret. De plus, le plafond est également très limité : dès 1 600 euros sur le livret, vous ne pourrez plus effectuer aucun dépôt. En revanche, les intérêts continuent de s’accumuler.

Le compte sur livret jeune

Ce type de compte désigne un plan épargne spécifiquement mis en place pour les enfants et les jeunes. C’est une sorte de livret épargne enfant. En revanche, chaque établissement est libre de fixer son propre taux de rémunération. Il ne s’agit pas ici de livrets réglementés par l’Etat. Il faudra donc se renseigner dans chaque établissement afin de savoir quelles sont les modalités de ce type de compte épargne.

Si la plupart des comptes sur livret enfant s’adresse aux jeunes dès 12 ans, certaines banques permettent d’ouvrir ce type de compte dès la naissance de l’enfant. Ce sont donc les représentants légaux de l’enfant qui seront en charge d’ouvrir et de gérer l’épargne déposée sur ce compte.

Les règles s’apparentent généralement à celles du livret A. C’est d’ailleurs pour concurrencer ce livret populaire que certaines banques, qui ne pouvaient pas proposer le livret A, ont créé cette formule. L’épargne reste donc généralement très disponible, tant que vous laissez la somme minimum de 10 euros sur le compte.

En revanche, comme il ne s’agit pas de livrets réglementés, cette épargne n’est en aucun cas exonérée d’impôts ou de prélèvements sociaux. Il faut donc bien évaluer ce que vous pouvez gagner avec ce type d’épargne en comparaison de ce que cela vous coûtera en termes d’imposition.

Si vous avez souscrit à un compte sur livret jeune pour votre enfant, les fonds seront automatiquement transférés vers un compte sur livret classique, dès que celui-ci atteindra les 25 ans.

compte épargne jeune

Banque Populaire : le livret Premiers Pas

Ce livret épargne enfant est disponible pour les enfants de 0 à 12 ans. Vous ne pourrez y placer que 1 600 euros. En revanche, la rémunération est intéressante, car elle est actuellement fixée à 1 %. Des variations peuvent apparaître en fonction de la caisse régionale à laquelle vous êtes rattaché.

Caisse d’Épargne : le livret 10-12

La Caisse d’Épargne vous propose un livret enfant auquel vous pouvez souscrire dès les 10 ans de votre enfant. Vous pourrez y placer jusque 1 400 euros. Ce livret est rémunéré à 1 %. Dès les 12 ans de votre enfant, ce livret sera automatiquement transformé en livret jeune, sans action nécessaire de votre part.

CIC : livret première épargne

Le CIC vous propose ici une offre très intéressante. Ce livret est disponible dès la naissance de votre enfant, et ce, jusque ses 12 ans. Vous pourrez y placer 1 600 euros. En revanche la rémunération de ce livret est de 1,35 %.

Crédit Agricole : le livret TIWI

Le livret TIWI est disponible pour les enfants dès leur naissance. Vous pourrez y placer jusque 1 600 euros. La rémunération est ici fixée à 0,40 %.

LCL : le livret enfant Zébulon

Ce livret est destiné aux enfants de 0 à 11 ans. Vous pourrez y placer jusque 2 000 euros. La rémunération est de 0,60 %. Ce compte sera valable jusqu’au douzième anniversaire de votre enfant. À cette date, il sera possible de souscrire à un Livret Jeune.

Les banques en ligne elles aussi vous proposent également une offre de livret épargne enfant, à des conditions souvent plus intéressantes que pour les banques classiques que nous avons passé en revue.

Fortuneo : livret + enfant

Fortuneo vous permet d’ouvrir un livret épargne enfant dès sa naissance. La grande différence est que le plafond est bien plus élevé ici : vous pourrez mettre de côté jusque 10 000 euros ! La rémunération est également intéressante avec un taux à 1 % (découvrir notre avis sur Fortunéo).

Monabanq : le compte épargne jeune

Monabanq vous fait également une offre intéressante de livret épargne enfant. Vous pourrez épargner pour votre enfant jusque 1 000 000 euros ! La rémunération est intéressante, et varie en fonction de votre capital. Si vous avez placé moins de 5 000 euros, vous serez rémunéré à hauteur de 0,70 %. À partir de 5 000 euros d’épargne, vous serez rémunéré à hauteur de 0,05 %.

Sachez que pour l’ensemble de ces compte épargne pour enfant, votre épargne reste soumise à l’imposition sur le revenus et aux prélèvements sociaux. Pour tous ces comptes, le dépôt minimum est de 10 euros. L’épargne reste disponible, mais vous ne pouvez placer ou retirer que 10 euros au minimum.

En bref : En bref :
Ces placements peuvent être très intéressants, mais souvent, un simple livret A peut être plus avantageux. De plus, hormis les propositions de Monabanq et de Fortuneo, vous ne pourrez placer que des sommes relativement modestes sur ce type de compte.

L’épargne logement

Vous avez également l’option d’épargner pour votre enfant pour un projet particulier. Le premier qui vient en tête est bien évidemment l’investissement immobilier. Si vous souhaitez aider votre enfant à pouvoir un jour réaliser un achat immobilier avec des conditions intéressantes, alors vous pourrez vous pencher sur le Plan Épargne Logement et le Compte Épargne logement, qui vous permettent tous les deux de commencer à épargner pour le futur achat immobilier de votre enfant.

épargne logement enfant

Le PEL

Il est possible d’ouvrir un PEL pour son enfant. Cela vous permettra d’économiser de l’argent pour constituer dès son plus jeune âge un apport pour un futur achat immobilier.

Si vous souhaitez ouvrir un PEL pour votre enfant, sachez que l’épargne est ici un peu plus contraignante. En effet, il faudra verser un minimum de 225 euros à son ouverture. Ensuite, vous devrez verser au minimum 540 euros chaque année sur le PEL pour le maintenir actif. Sachez que lorsque vous souscrivez à ce type de compte épargne, vous obtenez des avantages en ce qui concerne un futur prêt. C’est un élément à prendre en compte.

Bon à savoir : Bon à savoir :
Sachez également que le moindre retrait sur votre PEL avant 4 ans entraîne sa fermeture. Vous perdrez également les droits acquis en matière de prêt immobilier. Pour bénéficier des avantages du PEL, vous devez donc le conserver, sans effectuer de retrait, pendant 4 ans minimum. Vous pouvez continuer de l’alimenter pendant 10 ans. Au-delà, vous ne pourrez plus effectuer de versement. En revanche, il pourra continuer à produire des intérêts pendant encore 5 ans supplémentaires.

Le taux de rémunération de votre PEL est actuellement fixé à 1 %. Attention, les intérêts que vous gagnez grâce à votre PEL sont soumis à l’imposition sur le revenu et aux prélèvements sociaux.

Le CEL

Si vous trouvez le PEL un peu trop contraignant pour vous, pensez au CEL. Il vous donne également des avantages en termes de prêt immobilier, mais vous permet de garder un système d’épargne bien plus souple.

Ici, le versement initial pour permettre l’ouverture du compte est de 300 euros. En revanche, vous êtes par la suite libre d’effectuer les versements au rythme que vous souhaitez. Vous devrez par contre effectuer uniquement des versements de 75 euros minimum.

L’avantage du CEL, est que vous pouvez retirer de l’argent dès que vous le souhaitez. Il vous faudra uniquement maintenir sur ce compte la somme minimale de 300 euros.

Le plafond du CEL est fixé à 15 300 euros. Si le CEL est largement plus souple que le PEL, sa rémunération n’est pas aussi intéressante : le taux de rémunération est ici fixé à 0,25 %.

Comme pour le PEL, les intérêts générés par votre épargne sont soumis à l’impôt sur le revenu ainsi qu’aux prélèvements sociaux.

Bon à savoir : Bon à savoir :
Sachez que vous pouvez tout à fait cumuler le PEL avec le CEL. Cela permettra à votre enfant, le moment venu, de béneficier d’un apport déjà conséquent dans le cadre d’un emprunt immobilier. De plus, les condition d’octroi du crédit seront là aussi plus avantageuses. C’est donc un choix plutôt intéressant pour épargner pour votre enfant.

Une assurance-vie

Lorsque l’on pense à épargner pour ses enfants, on ne pense généralement pas à ouvrir un contrat d’assurance vie. Pourtant, cette solution peut être tout à fait adaptée. En effet, tant que le contrat est ouvert par les représentant légaux de l’enfant, il n’y a aucun obstacle à la souscription à un tel contrat.

Le principal avantage de cette solution, est que la rémunération est en règle générale bien supérieure à celle d’un simple livret A. Vous pourrez choisir d’investir dans un fonds en euros, ou encore en unités de compte. En terme de fiscalité, lorsque l’enfant atteindra sa majorité, les conditions d’imposition devraient être idéales. En effet, lorsque le contrat atteint ses 8 ans, les conditions d’imposition deviennent réellement intéressantes.

Le contrat d’assurance vie est donc l’un des investissements les plus lucratifs que vous pouvez mettre en place pour votre enfant. C’est un investissement qui nécessite une vision de long terme. Ce type de contrat est certes bien moins flexible que les livrets, réglementés ou non, mais c’est ici le taux de rémunération qui fera la différence.

mettre de l'argent de côté pour enfant

Le PEA Jeune

Une fois que votre enfant à grandi, certains des comptes épargne qui étaient auparavant disponibles ne le seront plus. En revanche, vous pourrez désormais vous intéresser aux plan d’épargne destinés aux « jeunes ». Le Plan Épargne Action Jeune en est un excellent exemple, puisqu’il vous permet de réaliser un investissement intéressant pour votre enfant dès qu’il atteint les 18 ans.

Le PEA jeune est un dispositif mis en place en 2019. Il ne s’adresse pas spécifiquement aux enfants, mais aux jeunes de 18 à 25 ans. Ce placement permet d’acquérir une enveloppe d’actions, alors même que le jeune reste attaché au foyer fiscal de ses parents.

Le PEA jeunes fonctionne comme un PEA classique, à la différence que celui-ci est plafonné à 20 000 euros. En revanche, les avantages fiscaux sont les mêmes : au bout de 5 ans de détention, les bénéfices sont exonérés d’impôt sur le revenu (mais pas de prélèvements sociaux).

Lorsque le détachement du foyer fiscal des parents sera effectif, alors le PEA jeune se transformera automatiquement en PEA classique. Il sera donc possible d’y investir jusque 150 000 euros. De même, lorsque le jeune atteint les 25 ans, le PEA jeune est transféré sur un PEA classique.

En bref : En bref :
Le PEA jeune ne s’adresse donc pas spécifiquement aux enfants, mais peut permettre à votre jeune de se constituer une épargne intéressante une fois qu’il n’aura plus accès aux offres « enfant ». Cela lui permettra sans doute de faire face aux dépenses telles que le permis de conduire, les études, etc. C’est donc un bon moyen de lui permettre de se constituer une épargne pour faire face à ses dépenses.

Conclusion

Si vous souhaitez constituer une épargne pour votre enfant, comme vous pouvez le constater, vous n’aurez que l’embarras du choix ! Si la plupart des parents se contentent d’ouvrir un livret A, ce n’est pas forcément l’investissement le plus rentable. Certes, il apporte une flexibilité qui a bien des avantages. Mais en termes de rémunération, vous resterez largement limités.

Le livret jeune offre une rémunération plus intéressante pour votre enfant, mais n’est accessible qu’à partir de 12 ans. En attendant, vous pourrez alors souscrire à un livret épargne enfant proposé par certaines banques. Ces livrets non réglementés ne sont pas défiscalisés, mais peuvent tout de même représenter une solution intéressante jusqu’aux 12 ans de votre enfant, date à laquelle le livret jeune (défiscalisé, lui) devient accessible.

Il est également possible d’envisager un projet précis pour votre enfant. Si vous souhaitez lui faciliter l’accès à un achat immobilier, vous pouvez tout à fait faire le choix d’ouvrir un PEL ou un CEL (ou les deux !) pour lui permettre de bénéficier d’un apport ainsi que de conditions de prêt avantageuses.

Si ce que vous recherchez sont des rémunérations plus intéressantes, plus que de la flexibilité dans votre épargne, alors pourquoi ne pas se tourner vers des investissements plus audacieux : sachez que vous pouvez tout à fait souscrire à un contrat d’assurance vie pour votre enfant. Lorsque votre enfant atteindra sa majorité, vous pourrez même lui conseiller de souscrire à l’offre de PEA jeune.

Vous bénéficiez donc d’un choix véritablement large pour commencer à constituer un épargne à votre enfant. Ne vous reste plus qu’à choisir si vous préférez la sécurité et la flexibilité, l’investissement dans un projet précis, ou des investissements plus risqués et plus rentables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page